Dossiers diplomatiques

Institution citoyenne

NARSA : La sécurité routière avant tout

L’Agence de la Sécurité Routière (NARSA) est un établissement public jouissant de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. Elle a été créée par la loi no 103-14 publiée au Bulletin officiel du 12 mars 2018.

L’ambition stratégique d’aligner le Maroc sur les meilleurs standards internationaux en matière de comportements liés à la sécurité routière peut se décliner en trois objectifs majeurs :

  1. Éduquer le citoyen et l’usager
  2. Encadrer les comportements et les usages
  3. Accompagner les citoyens, les usagers et les partenaires

Objectif stratégique 1 : Éduquer

Il s’agit de porter les efforts sur trois catégories de population : la population déjà titulaire d’un permis de conduire, la population des « conducteurs en devenir », et la population des usagers vulnérables :

  • La population des « conducteurs en devenir » : il s’agit majoritairement de la jeunesse marocaine, et également des adultes qui ne disposent pas encore du permis de conduire. Pour eux, plusieurs leviers doivent être actionnés davantage : l’éducation et la prévention routière en milieu scolaire et parascolaire et l’amélioration du niveau de maîtrise du socle minimum de connaissances théoriques et pratiques à acquérir pour pouvoir obtenir le permis de conduire.
  • La population déjà titulaire du permis de conduire : Elle a quant à elle pris des habitudes, souvent mauvaises, qu’il est difficile de faire changer simplement et de manière pérenne. Il s’agit donc principalement d’utiliser tous les leviers communicationnels pour informer et sensibiliser cette population et également de profiter des sessions d’éducation à la sécurité routière (récupération de points) pour rappeler les règles et le cadre à respecter, et créer un « choc salutaire » sur les conséquences de l’incivisme au volant.
  • La population des usagers vulnérables : Elle englobe potentiellement la première population, avec les piétons, les enfants de moins de 14 ans et les utilisateurs de 2 ou 3 roues. Les leviers communicationnels, l’éducation et la prévention routière en milieu scolaire et parascolaire, ainsi que les actions de proximité réalisées avec les composantes de la société civile et les différents partenaires doivent permettre de toucher cette population.

Objectif stratégique 2 : ENCADRER

Ce deuxième objectif est fondamental pour améliorer les comportements et les usages, et constitue le principal vecteur pour adresser la population déjà titulaire du permis de conduire. En effet, le non-respect des règles en général et l’incivisme au volant en particulier sont autant de facteurs qui contribuent au fléau de l’insécurité routière. Plusieurs leviers doivent être actionnés :

  • Renforcer les normes et veiller à leur application : Qu’il concerne les règles de conduite des véhicules, les caractéristiques des véhicules et des accessoires, ou encore les normes pour la construction d’infrastructures, le cadre normatif est essentiel pour pouvoir œuvrer à l’amélioration de la sécurité routière. Il s’agit donc de travailler à son renforcement, et de mettre en œuvre les dispositifs qui permettent de s’assurer de sa bonne compréhension et de son intégration par l’ensemble des acteurs de l’écosystème de la sécurité routière
  • Renforcer et diversifier le contrôle : avec une baisse de 30 % en moyenne des indicateurs de sécurité routière, le premier trimestre de mise en œuvre de la loi 52-05 portant code de la route (octobre à décembre 2010) a démontré le rôle majeur du contrôle dans l’amélioration de la sécurité routière. Il s’agit donc de renforcer les dispositifs et équipements de contrôle et de diversifier les infractions contrôlées, dans le temps et dans l’espace, de manière à ce que les conducteurs changent une fois pour toute de comportement. À travers la mise en œuvre de ce levier, les conducteurs doivent s’attendre à pouvoir être contrôlés à tout moment et à tout endroit
  • Mettre fin au sentiment d’impunité : la chaîne du contrôle-sanction doit être totalement efficace et efficiente pour garantir le changement de comportements attendu. Ce levier implique de renforcer la concertation et les actions avec les différents partenaires (corps de contrôle, justice, douanes, …) pour qu’aucun conducteur ne puisse « espérer » échapper à la sanction en cas d’infraction
  • Comprendre pour mieux agir : ce levier enfin est fondamental pour améliorer le système en place. Il s’agit donc non seulement de renforcer l’appareil statistique et de développer des compétences et des expertises pointues pour mieux comprendre les facteurs accidentogènes et adapter le cadre réglementaire en conséquence, mais également d’assurer une veille technologique et comportementale permanente à l’international et de stimuler la recherche et le développement en matière de sécurité routière.

Objectif stratégique 3 : ACCOMPAGNER

Ce troisième objectif vise à améliorer significativement la qualité des services rendus et l’accès à l’information pour l’ensemble des acteurs de l’écosystème de la sécurité routière

Il s’agit notamment de :

  • Simplifier et faciliter l’accès aux différents services pour que les clients ne subissent plus les contraintes et la complexité internes de l’administration
  • Viser l’accès à une information fiable et en temps réel (état d’avancement du traitement des dossiers, …)
  • Renforcer la transparence dans les différents services rendus
  • Améliorer l’efficacité globale pour pouvoir s’engager sur des délais de traitement fiables auprès des clients
  • Apporter conseil et expertise aux partenaires, pour mieux intégrer la sécurité routière dans leur environnement

A noter, actualité oblige, que la NARSA a fait état mercredi 27 mars d’une évolution positive du taux de réussite des candidats pour l’épreuve théorique du permis de conduire, aux deux premiers jours de la mise en vigueur de la nouvelle banque de questions.

L’analyse des données préliminaires a permis de constater que les moyennes de réussite variaient entre 32/40 et 39/40 pour le permis de type « B », et entre 38/46 et 42/46 pour les autres types, relève un communiqué de l’Agence parvenu au Nouveau Monde Diplomatique.

Les principaux candidats ont obtenu des résultats proches de la moyenne de réussite, précise la même source, ajoutant que la moyenne des notes obtenues à l’échelle nationale a atteint environ 23/40 le premier jour, et 28/40 le deuxième jour pour le permis de type « B », et environ 27/46 le premier jour, et 32/46 le deuxième jour pour les autres types, tandis que la moyenne de réussite pour l’épreuve théorique est fixée à 32/40 pour le permis de type « B », et à 38/46 pour les autres types.

La NARSA a, par ailleurs, appelé les auto-écoles à assurer un accompagnement des candidats en s’assurant qu’ils sont bien formés sur les cinq axes approuvés (route, véhicule, conducteur, règles de circulation et infractions), et bien préparés avant de réserver des dates pour passer leurs examens.

Lors de cette période de transition, la NARSA mettra à disposition des auto-écoles, à travers la plateforme d’apprentissage « Perminou », des indicateurs sur le niveau de bonnes réponses selon les axes pour les candidats inscrits auprès de chaque établissement, fait savoir le communiqué.

L’Agence appelle aussi les candidats à s’inscrire et à accéder à la plateforme d’apprentissage « Perminou », qui contient des contenus complets sur divers sujets, à même de leur permettre d’acquérir des connaissances suffisantes pour réussir l’examen d’obtention du permis de conduire, selon toujours la même source.

Par ailleurs, la NARSA a qualifié « d’erronées et incorrectes » les informations et les images relayées sur certains réseaux sociaux concernant des questions liées à la conduite sous l’influence de l’alcool et d’autres liées à l’utilisation de l’autoroute, soulignant que les questions et les images qui circulent sur ces sites « sont falsifiées et n’existent pas dans la nouvelle banque des questions ».

Et d’ajouter que la NARSA se réserve le droit de prendre toutes les mesures judiciaires nécessaires à l’encontre des promoteurs de ces rumeurs et fake-news.

L’Agence Nationale de la Sécurité Routière avait annoncé la mise en vigueur, à partir de lundi 25 mars, d’une nouvelle banque de questions pour l’épreuve théorique d’obtention du permis de conduire, rappelle le communiqué.

 

 

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Close